Bétsour Yaroum

Connaître la Hassidout

L’importance d’étudier la Hassidout

Nous n’avons pas idée de la grandeur qu’Hachem Itbarah a donnée au peuple d’Israël dans les dernières générations ! Un homme demanda au Rabbi de Loubavitch au nom de quoi il fallait étudier la Hassidout? Barouh Hachem nous avons beaucoup de Torah:La Michna, la Guémara, les Possekimes, la Kabbala, le Ets Haïm, Chaaré Ora….etc alors pourquoi apprendre la Hassidout? Il lui répondit par une parabole:Autrefois, il y avait un roi qui n’avait pas d’enfant. Au temps de sa vieillesse, Hachem lui fit le cadeau d’avoir un fils unique. La joie d’avoir un fils qui pourrait lui succéder sur le trône n’avait pas de limites, jusqu’à ce que le prince vers 8-9 ans tombe malade et que son éxistence soit en danger.
Le roi fit venir les plus grands médecins au chevet de son fils en payant des sommes astronomiques dans l’espoir de le sauver. Mais malheureusement aucun remède, aucun médicament, aucun diagnostic n’arivait à guérir le prince. Les médecins dirent au roi qu’il ne servait à rien de dépenser autant d’argent car il ne lui restait plus beaucoup de temps à vivre, peut-être 4 à 5 heures tout au plus. Un médecin arriva au palais et demanda au roi pourquoi il était si abattu. Il lui expliqua que son fils unique était au seuil de la mort et qu’à chaque instant il pouvait mourir. Après un examen rapide, le médecin annonca avoir un remède mais qu’il était très cher ! Tout l’argent du royaume m’appartient s’écria le roi ton prix sera le mien si tu arrives à le guérir.
Le médecin lui dit que la substance dont-il avait besoin se trouvait dans la couronne royale. La pierre précieuse la plus grande doit être enlevée, puis il faut la broyer en poudre très fine, la mélanger à de l’eau de source et faire boire le prince en plusieurs cuillères jusqu’à ce qu’il finisse le remède. Votre altesse, êtes vous d’accord d’abîmer votre diadème? Si cela sauve mon fils, je suis prêt! On fit la préparation, on donna à boire au prince et doucement doucement il revint à son état normal. Le médecin l’ausculta et proclama qu’il n’y avait plus l’ombre de la maladie. Le roi dit:Cela valait le coup de casser ma couronne pour sauver mon précieux fils !
Le roi c’est Akadoch Barouhou, le fils unique c’est le peuple d’Israël comme il est écrit « mon fils mon premier né »(Chémot 4.22) car chaque juif est unique aux yeux d’Hachem. Les générations précédentes étaient saintes, il y avait les Tanaïmes, les Amoraïmes…le peuple entier était dans la sainteté. Dans les dernières générations s’est développée une période difficile, où l’assimilation a fait des ravages dans presque toutes les communautés.
Hachem a dit mon fils est mourant, pour l’épargner je vais prendre le joyau de ma couronne qui est la Torah de la Hassidoute et je vais la diviser en petis morceaux afin de la distribuer au peuple. Le seul remède dans notre génération pour la guérir de ses maux c’est la Torah de la Hassidout qui ne repousse pas (« SMOL DOHA ») mais qui rapproche totalement (« YAMIN MEKAREVETE »).
Des l’instant où Israël prendra la couronne d’Hachem qui est l’étude de la Hassidout, il commencera à vivre avec l’aide d’Hachem. On peut voir que beaucoup de personnes qui étaient tombées dans les abîmes, lorsqu’ils ont commencé à goûter à cette Torah, doucement doucement ils se sont rapprochés et ont créé une situation de proximité avec Hachem. Effectivement la Torah de la Hassidout vient pour délivrer les Bnei Israël à l’heure la plus dure de la révélation du Machiah.

Maamarimes

Paracha Bamidbar

Dans notre Paracha Achem ordonne à Moché de partager le peuple en 4 groupes, chacun composé de 3 tribus avec pour chaque groupe un drapeau distinct autour du tabernacle.
Il est dit dans le Midrach (Bamidbar rabba 2,8) :
“Au moment où Akadoch Barouh Ouh a dit à Moché de mettre en

Paracha Béaaloteha

Il est écrit au début de notre paracha : “L’Éternel parla à Moïse en ces termes: “Parle à Aharon et dis-lui : Quand tu disposeras les lampes, vis-à-vis de la face du candélabre que les sept lampes doivent projeter la lumière”.
(Bamidbar 8,1-2)
Le saint et vénéré Rav Nathan Néta Shapira

Paracha Nasso

Une partie de notre Paracha s’intéresse aux lois propres de la femme soupçonnée d’adultère (Sota).

Elle devait apporter un Korban Min’ha au Beth Amikdach (le korban min’ha est une offrande végétale, en fine fleur de farine, arrosée d’huile et parsemée d’encens, pouvant être présentée sous forme de farine, de

Hélév Aarets

Nos maîtres les mékoubalimes ont écrit que celui qui est occupé à la prière et à l’étude de la Torah au moment du crépuscule déclenche une grande réparation dans les mondes supérieurs. Il faut savoir que le jour appartient au nom ineffaçable « Avaya » et que la nuit appartient au nom

Bétsour Yaroum

La Torah de la Hassidout sera divulguée par le Baal Chém Tov. Après la lutte qui opposa Yaacov à l’ange, il lui dit: »Ton nom ne sera plus Yaacov mais Israël »(Béréchit 32.28), l’intention était le prénom du Baal Chem Tov qui dans le futur recevra la lumière du secret des secrets

Bétsour Yaroum

Nous n’avons pas idée de la grandeur qu’Hachem Itbarah a donnée au peuple d’Israël dans les dernières générations ! Un homme demanda au Rabbi de Loubavitch au nom de quoi il fallait étudier la Hassidout? Barouh Hachem nous avons beaucoup de Torah:La Michna, la Guémara, les Possekimes, la Kabbala, le